Quel est le métier d’océanographe et en quoi consiste t-il ?

Crédits photo: N. Sardet et S. Mirshak

L’océanographie est l’étude de l’océan et de toutes ses relations complexes avec la planète. Elle comprend divers disciplines scientifiques telles que la biologie, la chimie, la physique, la géologie et la météorologie. Les propriétés et les processus océaniques sont tous interconnectés et doivent ainsi être étudiés dans leur ensemble plutôt que séparément les uns des autres. Les études océanographiques sont ainsi profondement interdisciplinaires. A titre d’exemple, l’études des algues marines microscopiques appartient au domaine de la biologie. Néanmoins, ces organismes ne se developpent que dans des eaux possédant une certaine composition chimique, celle-ci étant déterminée par les courants marins. Un biologiste marin doit donc à la fois avoir des notions en chimie des eaux et en physique des courants. De manière générale un océanographe doit être capable d’appréhender des notions de l’ensemble des domaines d’études de l’océanographie tout en étant spécialisé dans l’un d’eux. Les principales découvertes océanographique sont bien souvent le fruit d’une recherche multidisciplinaire, impliquant des océanographes de toutes les branches de la science.

 
De haut en bas et de gauche à droite : un glider, des flacons, du phytoplancton, une carotte sédimentaire. Crédits photos : S. Sardet, S. Mirshak, R. Amiraux, Innovation.ca
  • Les biologistes marins sont des océanographes qui étudient les écosystèmes marins et leurs habitants (animaux, plantes, bactéries, virus, par exemple).
  • Les physiciens marins s’intéressent davantage à l’étude des mouvements des océans (courants, marées, par exemple) et d’autres propriétés physiques (lumière, température, vent).
  • Les chimistes marins surveillent la composition chimique de l’eau de mer (pH, nutriments, polluants, par exemple).
  • Les géologues marins étudient le fond de l’océan (par exemple, des cheminées hydrothermales, des tranchées océaniques profondes).

Pourquoi devenir océanographe ?

Bien que les raisons de devenir océanographe soient probablement innombrables et comportent entre autre le plaisir de voyager, d’être en mer ou encore de travailler dans un environnement multidisciplinaire et international, les arguments les plus percutant sont probablement les suivants :

L’océan reste pour la plus grande partie inexploré !

Les Hommes ont mieux documenté l’espace et certaines planètes que le  fond des océans ! On estime en effet que seuls 5% des océans ont été totalement explorés et que seuls les deux tiers de la vie marine ont été documentés et étudiés. Ainsi, il reste encore des millions d’habitats et d’espèces à découvrir, ce qui laisse un grand champ des possibles !

De nombreux enjeux résident en une meilleure compréhension des océans

La relation des hommes avec l’environnement marin est un véritable paradoxe. Bien que notre dépendance aux ressources marines soit totale, nous les malmenons et les épuisons par nos activités. En terme de dépendances et à titre d’exemple, les océans nous oxygènent, nous hydratent, nous alimentent, tempèrent notre climat, nous fournissent les énergies fossiles et supportent plus de 90% des échanges commerciaux. Paradoxalement, cette ressource est particulièrement menacée par les activités humaines, telles que la surpêche, la combustion des énergies fossiles ou encore les pollutions. Les océanographes doivent alors quantifier ces menaces et comprendre leurs impacts sur les océans afin d’apporter des solutions efficaces et durables afin de prevenir d’eventuelles dégradations de notre environnement marin.

 

Sieste sur la banquise. Crédit photo : C. Coupel

Quelles sont les études requise ?

Les océanographes possèdent généralement une licence sciences et vie de la terre traitant à la fois la biologie, la physique, la chimie et la géologie. Des stages et des postes de techniciens sont disponibles pour les diplômés de licence. Cependant, pour obtenir une position plus importante en tant qu’océanographe, les étudiants poursuivent généralement leurs études en maîtrise ou doctorat, où ils se spécialisent dans un domaine particulier de la science. Ils peuvent alors intégrer des universités en tant qu’enseignant-chercheurs ou des organismes de recherche en tant que chercheur uniquement (exemple: le CNRS).

Les tâches quotidiennes des océanographes peuvent varier considérablement, mais chacune des activités exercée est reliée directement à leurs recherches. Faire de la recherche se traduit souvent par passer beaucoup de temps à lire des articles scientifiques, mener des expériences, collecter des données, puis écrire à propos des résultats des expériences et partager les découvertes avec le monde entier. Beaucoup de ces travaux sont effectués dans un laboratoire, qu’il soit dans une institution ou en mer. En plus de leurs recherches, ces derniers sont généralement impliqué dans l’enseignement universitaire et dans la recherche de financements pour poursuivre leur travaux.

Il ne faut pas se mentir, devenir océanographe est une veritable épopée qui ne s’arrête pas à l’obtention d’un poste fixe (Graal tant convoité et difficile à obtenir). En effet, bien que le salaire soit assez moyen (en Europe particulièrement) ce métier nécessite de ne pas compter ses heures. Néanmoins il procure de nombreux bénéfices, qui, pour nombre d’entre nous, valent la peine. Parmis ceux-ci on peut compter la grande autonomie de ce métier, les nombreux voyages, l’environnement de travail international et des sujets d’études permettant de mieux comprendre la planête sur laquelle nous vivons !